Copella arnoldi

Copella arnoldi est un petit Characidé sud-américain (eaux noires d’Amazonie) que l’on rencontre rarement dans le commerce aquariophile. Pourtant, c’est un petit poisson « facile » à maintenir dans un bac d’ensemble d’eau douce (1/3 eau du robinet, 2/3 eau de pluie).

La reproduction de Copella arnoldi est absolument étonnante, spectaculaire et unique.

C’est le seul poisson d’eau douce à déposer ses œufs hors de l’eau et à parvenir à en prendre soin jusqu’à l’éclosion.

On le surnomme aussi Characin arroseur parce que le mâle humidifie la ponte en faisant gicler de l’eau par des mouvements brusques de la queue.

Dimorphisme sexuel.

Le mâle adulte mesure quelques 4 à 5 cm. Son corps est très allongé, de coloration brun-beige à rose avec des reflets brillants. Ses nageoires sont longues, la dorsale est en drapeau avec une tache noire entourée de blanc. Les autres ont le bout marqué de rouge vif.

La femelle est plus petite et moins colorée, ses nageoires sont nettement plus courtes.

Mâle
Mâle

Femelle
Femelle

Reproduction.

Au moment de la ponte, le couple se colle l’un contre l’autre et saute hors de l’eau. La ponte a lieu sur une feuille émergée ou sur la vitre en dehors de l’eau. La femelle émet quelques œufs que le mâle féconde immédiatement, puis tous deux retombent dans l’eau et recommencent quelques minutes plus tard. La ponte terminée, le mâle « garde » les œufs en se tenant près de la surface et en donnant de temps en temps quelques coups de queue pour arroser l’amas d’œufs afin qu’ils ne sèchent pas.

C’est à ce moment que je les prélève (à l’aide d’une lame de cutter) pour les introduire dans un petit bac de quelques litres afin de les préserver de la prédation des adultes.

L’éclosion a lieu entre le deuxième et le troisième jour (suivant la température de l’eau). Les larves résorbent leur vésicule en deux jours et se nourrissent ensuite d’infusoires.

Je prévois une aération et une bonne quantité de riccia à la surface du bac afin que les alevins trouvent facilement leur première nourriture, sans oublier, chaque jour, quelques gouttes de « Liquifry » pour favoriser les infusoires.

Au bout de deux semaines, on peut passer aux microvers et enfin aux artémias. L’alevin de Copella arnoldi est tellement minuscule à sa naissance, qu’il faut tenir compte de la taille de sa bouche pour ses premières nourritures.

Conditions de maintenance.

Cette espèce pacifique (seulement quelques rivalités entre mâles lors de la ponte) se cantonne dans les couches supérieures de l’aquarium. Elle se nourrit en surface (paillettes, granulés) et se rue sur la nourriture vivante quand elle se présente (vers de vase, daphnies, drosophiles, artémias, grindals…).

Maintenir correctement ce poisson implique quelques adaptations: en aquarium d’ensemble, prévoir un espace de +/- 7cm entre la surface de l’eau et les vitres de couverture. Ces vitres étant bien entendu obligatoires sous peine de trouver du poisson desséché par terre! Encore mieux, les maintenir en aqua terrarium avec des plantes émergées, un sol sombre et un éclairage tamisé par quelques plantes flottantes (attention toutefois à l’invasion s’il s’agit de lentilles d’eau).

 

Danielle Roose, Directrice de l’Aquarium de Bruxelles

http://www.aquariologie.be/

 

Une vidéo spectaculaire du mode de reproduction de ce poisson (ou… l’art de s’envoyer en l’air !) :