Aquariums spécifiques amazoniens

Pourquoi ?

Pourquoi déjà à l’âge de 5 ans, ma préférence allait-elle au petit magasin d’aquariums du coin plutôt qu’au grand magasin de jouets ?

L’aquariophilie est une passion qui m’est tombée dessus dès le berceau, je crois !
Après mes premiers poissons rouges, j’ai demandé à mes parents, à leur grande surprise, pour ma première communion, mon premier aquarium tropical d’eau chaude ! Et la passion ne s’est jamais démentie depuis plus de 30 ans : reproduction de vivipares, cichlidés américains, bac marin, club aquariophile, bacs spécifiques du Tanganyika, Malawi, bac récifal corallien et puis…la Discusmania !!!!!
Virus sans remède très difficile à guérir !!

Ce qui me plait dans l’aquariophilie, avant la reproduction, c’est l’esthétisme de la conception d’un milieu naturel en circuit fermé. Quoi de plus beau qu’un magnifique aquarium à contempler dans votre salon. Comme un superbe tableau vivant, tous vos invités sont subjugués par la beauté des poissons et des plantes. Que dire en voyant les réalisations du japonais Takashi Amano, son site avec de belles photos de bacs plantés et le matériel. Recréer un décor à l’aspect vraiment naturel et esthétique est un art qui me passionne.
Vous pouvez faire des splendeurs avec un aquarium « Bonzaï  » de 50 litres comme avec un bac marin de 5.000 litres, avec un bac du Malawi de 2.5 m rempli de pierres et d’Anubias ou un bac de 100 litres composé uniquement de Barbus nigro, un mini récif corallien… le tout est de le réaliser avec goût et de façon naturelle (évitons les coffres et les fausses huîtres !).

C’est aussi une science car un beau bac est, avant tout, un aquarium équilibré, étudié, qui fonctionne sans trop de tracas en respectant tous les occupants et leurs demandes spécifiques.
Je regrette souvent de voir des aquariums regroupant des Barbus avec des Bettas, des vivipares et des Cardinalis, des Trichogaster et des Kribensis…des mélanges qui ne respectent pas l’origine des poissons, la qualité d’eau, l’agressivité intra ou extra spécifique.
C’est comme mettre un africain sur la banquise, il va vivre mais ne sera pas en meilleure forme très longtemps !
A long terme, un aquarium non spécifique ne peut fonctionner convenablement de façon optimale.
C’est ce qui dégoûte sans doute bon nombre d’aquariophiles débutants qui voient tous leurs poissons dépérir sans vraiment comprendre pourquoi.

Un club vous apportera l’expérience de passionnés qui pourront vous éviter pas mal d’erreurs et de pertes de vies…ce qui est quand même notre but final ! Maintenir et reproduire des espèces vivantes qui, parfois, ont complètement disparu dans leur biotope !

Je me suis donc lancé dans la conception d’aquariums, dans ce cas-ci, de la région de l’Amazone avec bien sûr, le Roi des aquariums d’eau douce : Messire Discus.
Avant de se lancer dans l’aventure, après m’être sérieusement renseigné, j’ai fait le pari de tenter de garder mes Discus dans un magnifique bac planté style  » hollandais « , ce qui, selon la littérature, est une gageure. Un bac  » nu  » avec seulement de beaux Discus allait à l’encontre de mon soucis d’esthétisme. Et voilà le résultat…de beaux bacs densément plantés où vivent de magnifiques Discus.

Il n’y a pas vraiment de secrets, juste des éléments à respecter et un équilibre à trouver entre plantes et poissons.

Pour les plantes : La loi du minimum ou loi de LIEBIG de 1841 est d’application :
 » Le poids de la biomasse végétale dépend uniquement de l’élément nutritif le plus faiblement représenté « .
Ce qui signifie qu’il faut un équilibre parfait entre les différents éléments essentiels nécessaires à la plante : lumière, température, CO2, oligo-éléments et fer.
Pour en savoir plus, cliquez sur: Ma technique pour les plantes.

Pour les poissons : Une eau adaptée à leur biotope, des co-locataires non agressifs, du calme et une nourriture adaptée et variée.
Pour en savoir plus, cliquez sur: Ma technique pour les poissons.

Indispensable : un bac de quarantaine à Discus pour les nouveaux arrivages et les éventuels soins.

Ne nous cachons pas les yeux, les Discus sont des poissons sensibles à différents vers ou parasites ou aux attaques bactériennes.
Ne jamais prendre de risques et amener un nouveau Discus dans le bac d’ensemble sans quarantaine sérieuse !!!
Il vaut mieux, à mon avis, mettre tout le groupe de Discus en une fois dans le bac !

Les occupants du bac : Discus par minimum 6 exemplaires, couples d’Apistogramma Ramirezi, scalaires Altum de l’Orenoque, Paracheirodon Axelrodi ( cardinalis), Ancistrus, Hemigrammus Rhodostomus (nez rouges), Carnegiella strigata (poissons hachette), corydoras Sterbaï et pulcher.


Et voilà ma technique, pas très compliqué mais j’ai voulu faire les choses de façon optimale!

J’ai encore quelques trucs à vous conseiller :

– Mettez des escargots  » tourelles  » dans votre bac. Ils sont invisibles la journée mais nettoient en profondeur votre bac la nuit sans dévorer vos plantes ! Eviter si possible les autres escargots!
– Evitez de mettre trop d’engrais et de CO2 durant 2 semaines avant la mise en route du bac pour éviter les algues. Mettez des mangeurs d’algues (Ancistrus…). Il faut cependant surveiller ces poissons  » à ventouses » car, de temps en temps, ils ne dédaignent pas de se coller sur vos Discus et prennent goût au mucus. Il faut alors les retirer du bac!
– Mettez vos Cardinalis avant vos Discus et ils ne se feront pas manger !
– Ne mettez pas votre bac dans un endroit trop bruyant car vos Discus ont souvent été élevés dans des caves très calmes et ont difficile à s’habituer au vacarme.
– N’oubliez pas vos changements d’eau : eau osmosée ou eau de pluie (3/4) coupée avec de l’eau du robinet, assez dure à Bruxelles (1/4). Aérez et ajoutez durant une semaine et ajouter un produit éliminant les éléments restant pouvant être dangereux pour vos poissons ( Biotopol, Aquasafe,…). Dureté carbonatée de 3-4 degrés. Attention aux chutes de PH avec une eau trop douce!

Voilà deux bacs qui fonctionnent bien et qui réussissent à associer Discus et plantes sans aucun problème.
Les Discus et mes Ramirezi pondent toutes les semaines et je donne des plantes même à mon revendeur !!

Et quel magnifique spectacle !!!!!!!
D’autres articles intéressants sur le même sujet sur www.dph.nl et sur www.tropica.com

(s) J.F Maréchal